Plastics Vallée Oyonnax

Accueil > Archives > Rallyes > 39° Rallye National Ain-Jura > Ressources presse

Ressources presse

39° Rallye Ain-Jura 2016

lundi 10 juillet 2017, par webmaster

Par le service presse du rallye : Philippe Gavard Perret

En direct de la conférence de presse

Avec 124 concurrents engagés, cette 39e édition se présente bien. Cependant, alors que les vérifications administratives et techniques ne sont pas terminées, nous notons déjà neuf forfaits et non des moindres puisque le Belge E.Cunin (Fabia WRC), M.Morin (Fiesta R5), G.Mottard (306 Maxi) ou encore C.Baratay (Clio R3), 3e scratch ici en 2015, ne seront pas au départ à 21h00.

Le président de l’ASA ESCA, Hervé Besson, souhaite la bienvenue à tous, présente les grandes lignes de cette édition et annonce que l’Ain-Jura est candidat au Trophée Europe Rally qui comprend des épreuves du Sud de la France, en Italie, Suisse et San Marin. C’est pour cela que cette année, en plus de l’observateur de la FFSA, il y a un observateur de la FIA.

Après avoir salué Gabin Moreau, vainqueur du Terre des Causses avec Stéphane Lefebvre (C4 WRC), Gilles Gaillard, le speaker du rallye, invite quelques pilotes à venir le rejoindre pour donner leurs avis et parler de leurs ambitions.

J-Charles Beaubelique : « Nous avons fait un bon début de saison et sommes en tête du championnat de 2e division, mais l’Ain-Jura est un rallye que nous allons découvrir. J’espère prendre beaucoup de plaisir et marquer de précieux points ».

Jérémi Ancian : « C’est un grand plaisir de retrouver un volant, surtout à domicile. Ce sera certainement un one shot, il va falloir se remettre dans le bain en faisant attention car il y a un gros chèque de caution ! Mais il y a certainement quelque chose à faire avec la 207 S2000 ».

Kevin Bochatay : « Ce sera ma deuxième participation ici après 2012, je suis là pour marquer des points pour la Coupe de France ».

Nicolas Roux : « C’est un rallye toujours aussi difficile même si on l’a déjà disputé de nombreuses fois. La spéciale du Chemin de la Guerre est un monument ».

Yves Pezzutti : « C’est ici que j’ai remporté ma première victoire au scratch en 1996, il y a 20 ans ! Mon ami Thierry Lagarrigue nous a quittés hier, je suis sans voix. J’espère m’approcher du podium, pour lui ».

J-Pascal Besson : « C’est un rallye que je suis ou dispute depuis des dizaines d’années. J’aimerais le gagner un jour. J’ai connu des fortunes diverses mais je reviens toujours et espère m’approcher du podium également ».

Eric Gonnet : « Je me suis inscrit récemment au championnat de 2e division, l’Ain Jura est une épreuve idéale pour régler l’auto et vu que je vais disputer le rallye du Limousin dans quinze jours c’est parfait comme entrainement ».

Ludovic Gherardi et Michel Di Lullo : « Nous avons une chance inouïe de rouler avec une telle auto. Ce n’est pas la même que celle de 2015, et ça change pas mal. Ludo a déjà gagné 6 fois ici (plus la finale de la Coupe de France), il espère bien accrocher un 7e titre à son palmarès ! Ce serait en tout cas idéal pour préparer le rallye du Mont-Blanc, notre autre objectif de la saison. A nous deux, nous avons perdu 42 kg, ce sera plus facile !! ».

Première étape

Coup de tonnerre !

Un rallye n’est jamais gagné tant que l’on a pas ramené la voiture au parc et après avoir roulé sans faire (trop) d’erreurs. Ludo Gherardi (DS3 WRC) et Nicolas Roux (Octavia WRC) vont sans doute encore en faire l’amère constatation car à l’occasion du pointage au départ de l’ES1, leurs copilotes respectifs ont pointé avec 3 minutes d’avance ce qui engendrait une pénalité du même tarif ! Classés 2e (Gherardi) et 5e (Roux) après les 8km230 de Geilles au Lac Genin, ils étaient renvoyés en 109 et 110èmes positions et repartiront demain samedi pour la 2e étape classés 97e et 103e, un sacré challenge pour revenir dans le top 10, et mission quasi impossible pour le podium vu la qualité du plateau.

En tout cas, devant, Jérémi Ancian prouve qu’il n’a rien perdu de son excellent coup de volant en s’imposant dans l’ES1 puis en signant le deuxième temps dans l’ES2. Des résultats qui le propulsent en tête de l’épreuve à l’issue de cette première journée devant Yves Pezzutti qui roule pour son pote Thierry Lagarrigue, décédé la veille du rallye, « Je n’ai jamais eu autant de chagrin en perdant quelqu’un, Thierry est avec moi, j’irai au bout de ce rallye pour lui ! » déclarait le pilote lyonnais en rentrant dans le parc fermé. Venu du Quercy, Mickaël Lobry se positionne au 3e rang et en tête du groupe R, lui qui s’était classé 2e ici même l’an dernier.

Grosse entame de course pour Emeric Rey (Saxo kit car), Julien Brunero (Clio R3) et Mathieu Artzner le leader du groupe F2000 respectivement aux 4, 7 et 9èmes places au milieu des grosses autos attendues dans le top 10 de Jean-Pascal Besson (DS3 R5), Jean-Charles Beaubelique (Fiesta R5) et Philippe Greiffenberg (DS3 R5). Grosse bagarre en perspective entre Kévin Bochatay (208) et Alexandre Michalet (C2) pour le gain de la R2, les deux pilotes (10 et 11èmes scratch) se tenant en quelques dixièmes de seconde.

109 Equipages sont rentrés à Valexpo au terme de cette première étape.

Samedi 12h30 après ES4

Ancian serein, Gherardi à l’attaque

Le premier tour du matin a été compliqué pour de nombreux pilotes. S’il ne pleuvait pas, la route recelait de nombreuses zones humides notamment dans les sous-bois et certains se sont fait de grosses chaleurs à l’image d’Yves Pezzutti.

Plombé par ses trois minutes de pénalité, Ludovic Gherardi n’a pas d’autre solution que d’attaquer à outrance pour tenter de revenir aux avant-postes. Et après les deux ES de la matinée qu’il a remportées, le pilote de la DS3 WRC est remonté de la 97e à la…6e place au général. Le podium semble à sa portée, la victoire reste encore impossible sans une erreur de Jérémi Ancian le leader serein, « C’est chaud, c’est vite, on est souvent au rupteur en fond de 6 mais ça va ». Yves Pezzutti poursuit sa bonne prestation en ayant repris du temps à Michaël Lobry toujours aussi « fan » de ce rallye. Les R5 de Jean-Pascal Besson et Philippe Greiffenberg complètent encore le top 5 au moment de repartir pour la deuxième boucle avec les mêmes ES à disputer, mais tous savent que Gherardi devrait rapidement les avaler à la régulière.

Derrière, Nicolas Roux a renoncé (embrayage), Jean-Charles Beaubelique a tapé et endommagé l’arrière de sa Fiesta R5 perdant de la puissance et de grosses minutes, Eric Gonnet a lui aussi stoppé alors qu’il menait le groupe GT. Mathieu Artzner a tapé mais reste leader du groupe F2000 (et F2000/13) devant les trois pilotes hauts-savoyards, Sébastien Dommerdich , Anthony Parmeland et Patrick Gaillet qui occupent les trois places du podium en F2000/14. Olivier Giraud a quitté la course et laissé le leadership du groupe N au Jurassien Julien Boschung (N3) qui a pris le meilleur sur les grosses autos N4 de David Mollas (durite de turbo HS) et Sébastien Le Coarer.

93 équipages garnissent le parc fermé de la mi-journée.

Samedi 16h00

Gherardi revient sur le podium !

Le deuxième tour de ce samedi a permis à Ludovic Gherardi de grappiller encore 5 places et de se positionner sur la 2e marche du podium provisoire derrière Jérémi Ancian qui poursuit sa marche en avant et peut désormais entrevoir la victoire. Pendant que Gherardi enchaîne les meilleurs temps, Ancian signe les seconds chronos tout aussi régulièrement.

Yves Pezzutti nous disait hier soir qu’une 3e place sur ce rallye Ain-Jura le comblerait de bonheur, il est entrain de réaliser son rêve même s’il est revenu avec le pare-brise de sa 306 Maxi complètement étoilé suite à un capot mal fixé !

Mickaël Lobry (4e) demeure solide leader du groupe R mais est redescendu du podium tout en conservant une bonne marge d’avance sur Jean-Pascal Besson qui clôt le top 5 et devra se méfier jusqu’au bout de Philippe Greiffenberg classé à 10s seulement de lui. Emeric Rey (7e) poursuit sa bonne marche loin devant dans la classe A6K, Julien Sandona (8e), Julien Brunero (9e) et Alexandre Michalet (10e) sont eux aussi leaders de leurs classes A8, R3 et R2, ces deux derniers étant séparés de 6 dixièmes seulement pour la 4e place du groupe R.

Mathieu Artzner étant cette fois sorti pour le compte, Sébastien Dommerdich mène le groupe F2000 et la classe 14 devant ses compatriotes de la Haute-Savoie, Anthony Parmeland et Patrick Gaillet.

84 équipages restent en course en ce milieu d’après-midi.

Arrivée 20h00

La première victoire scratch de Jérémi Ancian

Il a pris la tête du rallye en signant le scratch de l’ES1 et puis les aléas de la course ont fait le reste et Jérémi Ancian a tenu bon. Ludovic Gherardi a signé les sept autres meilleurs temps mais la pénalité de trois minutes prise d’entrée suite à une erreur de pointage avait plombé sa course.

Il ne faut surtout pas sous-estimer la performance du pilote de la 207 S2000 qui a signé les sept autres deuxièmes temps sans jamais assurer le résultat, « parfois nous étions à fond de 6 au rupteur, c’était quand même chaud ! Je suis évidemment très satisfait de cette victoire, ma première au scratch mais comme je l’ai dit à la conférence de presse hier après-midi, cela restera certainement un one shot. J’ai passé l’âge de rêver ! Merci à Céline ma copilote avec qui je roulais pour la première fois, elle a été parfaite ».
De son côté, Gherardi rentrait satisfait, « nous avons testé de nouveaux réglages et quelques petites choses qui vont nous servir début septembre pour le rallye du Mont-Blanc Morzine que nous disputerons pour la première fois ».

Yves Pezzutti avait promis de tout faire pour obtenir un podium en hommage à son ami Thierry Lagarrigue décédé la veille du rallye, c’est fait et bien fait malgré un pare-brise passablement étoilé.

Désormais habitué des lieux (3e participation), Mickaël Lobry (R4) repart dans le Quercy avec la victoire du groupe R en poche. Il devance les deux R5 de Jean-Pascal Besson et Philippe Greiffenberg puis la Clio R3 de Julien Brunero et la C2 R2 d’Alexandre Michalet.
Emeric Rey (6e) s’adjuge la classe A6K, Julien Sandona (8e) s’impose en A8 face à l’Ardennais Frédéric Rimbeaux, enchanté de son week-end en Rhône Alpes.

Julien Boschung remporte un très beau succès de groupe N et, avec sa Clio, devance la Mitsubishi de David Mollas (1er N4) et l’Impreza de Sébastien Le Coarer.
Joli triplé haut-savoyard en tête du groupe F2000, la victoire revenant à Sébastien Dommerdich face à Anthony Parmeland et Patrick Gaillet.

Succès solitaire de Roland Million Brodaz (Porsche) en groupe GT.

73 équipages sont rentrés au parc fermé final. Les commissaires techniques procédaient aux vérifications finales habituelles.